Sparklingpoint, jeudi 18 octobre 2012

A l’invitation de Michel Duperrier (auteur du logo utilisé pour les différentes initiatives “Philoweb”) j’interviendrais le jeudi 18 octobre de 18h45 à 20h30 à l’occasion d’une réunion de Sparklingpoint sur le sujet suivant : “Retour sur les projets SemanticPedia et DBpedia francophone. Pourquoi et comment “socialiser” le Web Sémantique : contribution, controverse et cosmopolitique“.

Présentation de mon intervention :

Financé par le Ministère de la Culture et réalisé sous la direction d’une équipe Inria (Wimmics), avec le soutien de l’association Wikimédia France, le projet SemanticPedia, qu’a co-initié Alexandre Monnin (avec Bertrand Sajus, Ministère de la Culture), vise à proposer une plate-forme pour accueillir, en version sémantisée, les différents projets francophone de la Fondation Wikimedia. Le premier d’entre eux, actuellement en phase de finalisation, n’est autre que DBpedia en français. Principal jeu de données du Linked Data Cloud (nuage de données liées), DBpedia fournit à de très nombreuses applications les données qui leurs sont nécessaires du fait de sa versatilité. Entée sur la contribution des wikipédiens, elle fournit, en première lecture, une “base de connaissances” qui évolue constamment, résolvant ainsi, à mi-chemin entre le Web social participatif et l’automatisation du Web de données, l’équation impossible des systèmes experts ou des thésaurus documentaires, sans cesse menacés d’obsolescence.

Il s’agit également, à travers un tel projet, de repenser le lien entre Wikipédia et DBpedia pour comprendre ce qui s’y joue. Outre la constitution d’un écosystème de données pour les entreprises comme les institutions culturelles, portant sur tous les sujets, publiquement accessibles et usant de formats interopérables facilitant leur réutilisation, le couplage Wikipédia/Dbpedia reflète un nouveau régime de l’objectivité, marqué par la controverse, la co-construction des savoirs et leur caractère incertain. Wikipédia, en accordant une place essentiel aux savoir positifs, aux faits, démontre, sur une échelle inédite, que ce sont bien les faits eux-mêmes que l’ont soumet à la controverse, comme les objets, devenus, aujourd’hui plus que jamais, provisionnels.

Après une introduction portant sur le contexte institutionnel, et à quelques semaines de sa présentation publique officielle, nous introduirons à ce DBpedia francophone en insistant sur le fait qu’outre le passage au français, bénéficiant des nombreux retours d’expérience accumulée au cours des dernières années, il entend fournir une version techniquement actualisées aux standards de 2012 et non de 2007. Nous détaillerons ensuite les enjeux plus vastes qu’un tel projet soulève.